Ma vie de bipolaire

Bienvenue sur mon blog

20
juil 2008
Posté dans la bipolarite par viedunebipolaire à 11:30 | Pas de réponses »

Je me dois de vous expliquer « en gros » cette maladie.

Ca se résume en général à des alternances de phases euphoriques (maniaques ou hypomaniaques) et de phases dépressives.

Les phases maniaques sont caractérisées par un surplus d’énergie, un débit de paroles accéléré, une forte créativité, nervosité, insomnies, exhaltation, prise ou perte de poids… (il n’y a pas forcément tous ces symptômes). Et parfois des épisodes de délire.

 Je suis bipolaire de type 2 : donc j’ai des phases dépressives plus longue que les phases hypomniaques. (et oui, pas de chance !)

Pour les bipolaires de type 1, c’est logiquement l’inverse.

Certains disent que c’est une alternace d’euphorie et de dépression mais je ne suis pas totalement d’accord, chez moi, en hypomanie, c’est surtout l’énergie qui prime !

Et puis, il y a aussi ces fameuses phases mixtes qui sont un réel mystère pour moi… Trop compliqué à expliquer, même si en gros c’est un mélange des deux phases.

 

19
juil 2008
Posté dans ma vie par viedunebipolaire à 2:05 | 3 réponses »

(lisez le précédent article avant de lire celui-ci afin de mieux comprendre  Clin doeil)

 Je me suis donc arrêtée à CE rendez-vous qui est un tournant dans ma vie…

Cependant, têtue comme je suis, je décide de ne rien dire à mon psy… s’il veut savoir, qu’il devine ! De ce fait, je le remercie et m’en vais en refusant tout rendez-vous. Mais je ne sais pas à ce moment qu’une semaine aprés, je vais toucher le fond… Et oui, je suis plus bas que bas, je ne sais plus quoi faire, je ne vois pas la fin de l’enfer alor je décide de prendre cette lame de rasoir… Ma mère s’en rend compte trop tôt et sans m’en rendre compte, me voici à l’hôpital, mais pas n’importe lequel… l’hôpital psychiatrique… Les infirmiers sont gentils, je rencontre des gens qui n’ont plus de contact avec la réalité mais grâce à ce psy que j’avais envoyé balader, je sors au bout d’une semaine… Merci à lui !

Je sors peut-être mais mes démons sortent avec moi, je ne fais plus rien, j’ai enfin regardé mes problêmes face à face et je peux enfin  exprimer cette soufrance qui m’étouffe, mais je gardais tellement de choses depuis tellement d’années en moi que je me sens débordée par tous ces sentiments, je ne suis plus capable de me bouger, me lever, aller au lycée, je n’ai envie de rien alors je dois arrêter le lycée malgré mes 15 de moyenne générale… Je dois redoubler, pour moi qui suis trés narcissique comme ne cesse de répéter mon psy, c’est dur, j’ai HONTE ! Mais je me dis que je vais surmonter cela…

Le temps passe, la rentrée : je suis pleine d’énergie, mon psy pense que je n’ai plus besoin de lui et je suis totalement d’accord ! Je me sens pousser des ailes ! Vous imaginez? Je passe mon temps à travailler ! Mon emploi du temps est trés simple : je me lève, je bois un café, je travaille une heure, je vais au lycée, je ne rentre pas le midi : je fais croire à ma mère que je mange à la cantine, en fait, je vais travailler au CDI, je rentre chez moi le soir, je bois un café, je me monte un plateau repas que je mets à la poubelle (il ne faut pas perdre de temps en mangeant et puis je n’ai pas faim !), je travaille des heures et des heures, je ne dors que 2 ou 3 heures… C’est GENIAL !!!

Mais voilà, toute chose a malheureusement une fin et là, ça va faire trés mal ! Moi qui me croyais guerrie, je vais me rendre compte qu’on ne se débarrasse pas aussi facilement de la déprime. Seulement, je vais retourner à l’hôpital, encore une fois, merci à mon psy car je n’y reste qu’une semaine, mais il me précise que la prochaine fois, ce sera plus…

C’est là que le diagnostique va tomber : d’aprés lui, j’ai toutes les catarestiques de la bipolarité, surtout que ces « montagnes russes » durent depuis plusieurs années sans que je m’en rende compte…

Vous pouvez remarquer que j’emploie le mot « déprime » et non « dépression » car je ne me suis jamais considérée dépressive : je ne pouvais pas l’être puisque parfois j’étais bien !

En fait, je ne suis ni dépressive ni déprimée… « juste » bipolaire…

 

19
juil 2008
Posté dans ma vie par viedunebipolaire à 11:06 | 5 réponses »

image20nature20311.jpg 

Avec mes débuts dans la grande famille de la psychiatrie…

Comment y suis-je rentrée? J’en ai mis, du temps avant d’y mettre un pied…

En fait, depuis mes 10 ans environ, je déprime : vous savez, ces moments où on préfère passer ses journées sous la couette à dormir… ou vous ne savez pas, j’espère que vous ne savez pas…

Ensuite, commencent les problêmes d’alimentation, avec des parents divorcés, une mère alcoolique et une soeur qui se drogue et qui vole, je me retrouve seule, il faut que je me débrouille et à cet âge, faire à manger, le ménage etc, ce n’est pas le top…

Et puis, je suis une enfant comme les autres, j’ai vite l’envie de maigrir, et hop, je prends un allé simple pour l’anorexie, puis la boulimie, à 17 ans, je n’ai toujours pas d’alimentation « normale ».

Je sais, je sens en moi que j’ai quelque chose qui cloche, mais comment le dire? J’ai trop peur qu’on me sépare de ma mère donc je ne dis rien, puis j’ai 16 ans, je me dis que je peux parler maintenant, que je ne me laisserai pas faire. Je parle à mon médecin, il voit mes scarifications, il me donne des vitamines pour les phases d’anorexie, et il me dit que je ne peux pas continuer ainsi, c’est à CE moment qu’il va prononcer Le mot, ce mot si terrifiant pour une gamine de 16 ans : PSYCHIATRE… J’en ai encore des frissons, que faire? Au début je refuse, puis pour ma mère qui s’inquiète enfin, j’accepte…

Me voilà en consultation dans un hôpital qui fait froid dans le dos…

 

18
juil 2008
Posté dans Non classé par viedunebipolaire à 10:33 | 1 réponse »

Bienvenue sur mon blog.

Je me présente, je m’appelle Sandrine, je suis diagnostiquée bipolaire et j’ai 17 ans, et oui, à mon âge on a toute la vie devant nous et croyez-moi, malgré ma maladie, je ne compte pas me laisser faire, j’ai une vie à vivre, je n’ai pas le droit de la gaspiller.

Ce blog pas comme les autres à deux buts principaux : le premier est d’expliquer cette maladie à tous ceux qui ne la connaissent pas, et le deuxième est de montrer aux personnes souffrant de cette maladie qu’il est possible d’avoir une vraie VIE.

Etre bipolaire, ce n’est pas évident, certes mais cela peut également présenter des points positifs. Si si, par exemple, Baudelaire était bipolaire et je me demande s’il aurait écrit ses poèmes s’il n’avait pas eu cette maladie… Bon, certes, nous ne sommes pas tous Baudelaire mais je me rends bien compte que je suis plus sensible que la plupart des gens, une amie bipolaire m’a dit un jour qu’elle resentait beaucoup de choses sur la musique de Mozart, nous bipolaires sommes trés récepteurs de sensations et d’aprés moi, c’est un réel point positif !

merci et bonne visite.

1...1314151617

La route vers l'enseignement |
AVOIR OU NE PAS AVOIR LA PO... |
Just the story of a girl |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MAUX
| Une voix dans ma tête
| News tunisienne